Sur les pentes très fréquentées par les grands herbivores un "profil en escalier" apparaît naturellement peu à peu, moins vulnérable à l'érosion par le ruissellement et plus favorable à la constitution d'un sol riche en carbone. L'homme est la seule espèce à avoir appris à constituer des terrasses de zones humides cultivées.

Les murets de soutènement en pierres sèches construit sur un flanc de colline plus ou moins escarpé, pour établir une terrasse de culture, lutter contre le glissement des terres cultivées et favoriser l'élévation et l'amélioration du sol.

Les Phéniciens et de nombreuses autres cultures (asie, amérique du sud, …) ont développé la pratique de la culture en courbes de niveau et l'ont répandue dans toute la Méditerranée. Cependant, les Romains ont préféré la culture en sillons droits et cette pratique est devenue la norme.

En 1938, l'introduction de nouvelles techniques agricoles par le gouvernement des états unis, telles que la culture en courbes de niveau avait permis de réduire les pertes de sol de 65% malgré la poursuite de la sécheresse.

Les royons sont destinés à retenir la terre et à maîtriser la verticalité du relief en fractionnant la pente et en diminuant son pourcentage avec un surcreusement au pied du rideau supérieur et une accumulation des terres au-dessus du rideau inférieur. Ils pourraient être rapprochés des murs de soutènement de terrasses du Sud de la France, mais avec des bordures où les pierres seraient remplacées par des buissons, et des terrasses plus pentues.

Une colluvion ou un dépôt de pente est un dépôt meuble sur un versant, mis en place par gravité. Le terme s'emploie presque toujours au pluriel. Les colluvions reflètent la lithologie du haut du versant. Elles nappent, sur le bas du versant, la roche en place.

combler les ravins provoqués par le déboisement

La culture en courbes de niveau est une pratique agricole consistant à aménager un terrain en pente en suivant ses courbes de niveau.

Les creux des sillons de labour ou les autres ouvrages limitent l'érosion par ruissellement, la formation de ravines et rigoles en laissant plus de temps à l'eau pour s'infiltrer dans le sol.

Ces pratiques réduisent considérablement l'érosion des sols, la réduction de la productivité des cultures, la dégradation de la qualité de l'eau, la diminution des niveaux d'eau dans les réservoirs, les inondations, la destruction de l'habitat et la désertification.

Partagé sous licence
CC BY-SA 4.0